|  English  |  Deutsch

Vidéothèque

A raison de 220 Mo/min (13 Go/heure) pour les formats DV, DVCAM et DVCPRO 25 soit un débit de 25 Mbit/sec (dont 3,5 Mo/sec pour l'audio), les capacités de stockage requises deviennent nécessairement importantes (7,5 Go pour une cassette de 40 min en DVCAM). Et plus il y a de données, moins il est concevable de tout perdre, quelques précautions s'imposent.

Aujourd'hui, je cherche à structurer mon fond documentaire. Je n'ai pas trouvé de système (logiciels) accessible au grand-public qui pouvait répondre à mes besoins. J'ai donc décidé de "webiser" ma vidéothèque actuelle en migrant les données amassées et en y ajoutant d'autres métas données (géolocalisation et visualisation notamment).

Vous accédez déjà en lecture (sans identification particulière) à une sélection de films réalisés dans la partie filmographie.

Les métas données sont déjà très développés dans le domaine de la photo mais naissant en vidéo (avec le P2 de Panasonic par exemple).

Choix technologique pour mes archives

Une bande magnétique "vieillit", elle se dégrade inexorablement, le signal s'affaiblit, la bande sera illisible quelques années plus tard même avec des 0 et des 1. La recopie sur DVD des données n'est pas non plus la solution, les DVD vieillissent mal selon leur qualité (rappelez-vous des CD gravés il y a 10 ans, sont-ils tous lisibles à présent ?). Le disque dur semble être une solution plus pérenne, quoique, nous ne sommes pas à l'abri de la panne physique qui rendra à son tour inaccessible la restitution de nos images.

De tous les supports connus, j'ai fait le choix de stocker sur plusieurs disques durs montés en grappe sous technologie RAID. N'ayant pas besoin de temps d'accès importants, je choisis le RAID 5. Cette technologie maximise le ratio nombre de disque par rapport à l'espace offert.

Espaces au 1er trimestre 2009

Plusieurs volumes constituent une capacité globale de plus de 10 To (+ de 800 heures d'images en DVCAM).

Baie de disques durs SATA II
  • Un volume principal de 4 To pour le stockage de masse vidéo en RAID 5. Il stocke les rushes, master et les éléments qui servent à la production des films ;
  • Un volume secondaire configuré en RAID 5 et de capacité au moins équivalente au volume principal. Il stocke une copie des données copiées du volume principal ;
  • Quelques volumes mobiles de disques pour les données vidéo dites sensibles (2 To) ;
  • Plusieurs volumes locaux pour les OS des machines.

Le volume secondaire sert d'alimentation à la Banque d'image en ligne à laquelle se connecte la filmographie en lecture avec des droits d'accès publics.

Pour mémoire : format versus débit

  • DV et DVCPRO 25 : 25 Mbit/s (environ 210 Mo/min et 12 Go/heure)
  • MPEG-1 : entre 1 Mbit/s et 2 Mbit/s
  • MPEG-2 : entre 1 Mbit/s et 15 Mbit/s en définition standard
    (SD : 720 x 576 pixels en PAL) et limité à 9,8 Mbit/ssur les DVDs
  • MPEG-4 : entre 50 Kbit/s et 10 Mbit/s
  • AVCHD : entre 5 et 24 Mbit/s en 720p et 1080i
  • HDV : 25 Mbits/s en 1080i et 19 Mbit/s en 720p
  • HD XDCAM : de 18 à 35 Mbit/s
  • DVCPRO 50 : 50 Mbit/s
  • DVCPRO HD : 100 Mbit/s
  • HDCAM : 144 Mbit/s
  • SD non compressé : 240 Mbit/s en 12 bits, 160 Mbit/s en 8 bits
  • HD non compressé : 1 200 Mbit/s en 12 bits, 800 Mbit/s en 8 bits